Paris, ville de l’amour… pas pour tout le monde.

Parlons actualité. Pas la nôtre mais celle de nos voisins Français.

Mes années militantes sont derrière moi. J’ai brandi des panneaux exprimant mes idées, crié  et pleuré face à l’injustice.

Actuellement ce qui me révolte c’est que l’on ai besoin de défendre ses opinions avec hargne et parfois même avec violence. Je ne défends plus les miennes avec hargne, encore moins avec violence mais ça n’empêche pas qu’elles soient encore là.

Je défends donc je suis?

Malgré le fait que je pense être une personne plutôt ouverte d’esprit il y a des choses que je ne me vois pas faire, des styles de vie que je ne me vois pas adopter et peut être même que j’irais jusqu’à les juger. Ceci dit je n’irais pas crier dans la rue que ces choses qui me dérangent moi soient interdites ou réprimées. Au final mon avis ne regarde que moi tout comme ce que font les gens ne regarde qu’eux tant que tout le monde est consentant. Si ce n’est pas le cas ce n’est toujours pas à moi de décider ce que ces personnes méritent. Il y a des métiers faits pour ça. C’est seulement quand ces métiers n’existent pas ou que les personnes qui les exercent le font mal que quelqu’un doit prendre le relais.

Tout ça pour en venir à quelque chose que j’ai toujours eu du mal à défendre. Non pas par désaccord mais parce que je ne comprends absolument pas où est le problème: L’homosexualité. Le terme même me dérange parfois. On classe les gens qui s’aiment où qui s’attirent pour que l’on puisse les pointer du doigt, pour que l’on puisse les identifier.

Les étiquettes sont à double tranchant. Elles nous rassurent, elles nous aident à exprimer qui on est. Elles nous aident aussi à identifier ceux qu’on n’aime pas.

Demain vers 17h, la loi pour le mariage homosexuel sera votée en France. À croire les images que l’on voit depuis des semaines dans les journaux ce sera la fin du monde. Pourtant tous les pays qui l’ont déjà adoptée sont bel et bien debout, notre chère Belgique comprise.

photo20130127_171050

J’en reviens à mes premiers propos. Je n’arrive pas, même en essayant vraiment fort à comprendre où est le problème à laisser des gens se marier ni en quoi j’ai mon mot à dire. Mon avis personnel sur les quelques milliers de mariages ou divorces en Belgique en 2012 ne m’a pas été posé. Pourquoi le serait-il maintenant? Parce qu’il s’agit de deux femmes? De deux hommes? Non, je ne vois pas en quoi cet argument est valable.

Tout ce que j’en retire c’est de l’incompréhension. Une envie de dire qu’honnêtement ça m’est égal que les gens aient envie de se marier, d’avoir des enfants ou de manger des spaghettis.

Dans quelques semaines on n’en entendra même plus parler. La plupart de ces gens retourneront dans leurs vies et feront ce qu’ils avaient l’habitude de faire.

Tout ce temps et cette énergie ils auraient pu l’investir dans un voyage, des cours de mécanique, ou dans des cours de yoga dont ils ont actuellement certainement besoin.

pinterest.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s