Polish everywhere!

Blogueuse débutante que je suis, j’ai envie de vous parler de plein de choses mais ne sais pas par laquelle commencer. Je me rends compte aussi que dans mes articles prévus certains doivent encore attendre que les projets se concrétisent du coup, en attendant c’est le vide!

Je vais donc vous parler d’un phénomène que moi même j’ai du mal à comprendre mais qui a pris une ampleur non négligeable ces dernières années.

J’ai toujours aimé les collections. N’allez pas chercher là une explication freudienne, on me l’a déjà faite.

Petite je gardais les pointes des crayons de couleur dont j’ai d’ailleurs toujours une boite:

WP_20130506_007

Ensuite j’ai collectionné les capsules de boissons, les billes, les flippos, les cadeaux des kinder surprise, les petites figurines de chats, de moutons…

Puis j’ai grandi et j’ai commencé à collectionner les publicités pour parfum, les grandes bouteilles de parfum mais comme ça prend de la place je suis passée aux miniatures. Je suis ensuite retombée en enfance et collectionné les pin’s carrefour (joie, je les ai TOUS!). Vous l’aurez compris, je suis une collectionneuse compulsive.

Mes collections par contre durent toujours un moment puis je m’en lasse et passe à la suivante.

À part les pointes de crayons que ma mère a sauvé de la poubelle et les pin’s que je garde encore pour le moment, toutes les autres ont eu une vie limitée.
Une seule collection échappe pour l’instant à cette règle: Les vernis à ongles.

Je m’étais calmée mais depuis quelques semaines je suis repartie dans mon délire. En quelques semaines, j’ai presque doublé le nombre de flacons que je possédais.

Je me souviens toujours de la première fois que j’ai mis du vernis sur mes ongles. Je devais avoir dans les 6 ans quand, avec une de mes cousines on a piqué celui de sa maman pour en mettre sur nos petits ongles. Une fois sec, ça ne partait pas évidemment. On a frotté comme des cinglées parvenant tout juste à l’écailler. Quand sa maman est rentrée on était persuadées qu’on allait passer un sale quart d’heure et qu’on garderait nos ongles à moitié vernis jusqu’à la fin de nos jours. Il n’en fut rien et elle nous fit découvrir le dissolvant. *MAGIE*, tout est parti!
Ce n’est que bien des années plus tard, arrivant dans mon adolescence que j’ai racheté un flacon que je n’ai quasi pas utilisé n’étant pas du tout féminine à l’époque.
C’est en découvrant les blogs que j’ai commencé à acheter des vernis compulsivement. En regardant les vidéos de cutepolish et les magnifiques ongles de pshiiit. De lien en lien j’ai découvert the nailasaurus, Nailside, Detoutetderien (dont je vais d’ailleurs acheter le livre bientôt), mais aussi Robinmoses qui fait carrément de la peinture sur ongles.

Bref, j’étais contaminée.

J’ai commencé par acheter des vernis ‘pas chers’, ne connaissant rien ni à la toxicité, ni à la qualité de ceux-ci. Un vernis c’est un vernis, non?
En lisant les blogs j’ai commencé à me familiariser avec le jargon et les marques: 3-free, stamping, dotting, Zoya, Essence, Ozotic… Et oui, je suis devenue une NPA!
J’en suis au point où acheter un nouveau vernis me remontre le moral et, non, je n’en sniffe pas les solvants!

931241_10152817561230341_274736243_n

Dans ma vernithèque j’approche les 150 vernis. J’en ai également une vingtaine dans ma boite à troquer/vendre pour cause de double emploi, de changement de marque ou de niveau de toxicité banni de mon armoire. Comparé à certaines connaissances virtuelles qui en ont dans les 500 je suis franchement noob! (Oui, c’est l’excuse que je donne quand on me dit que j’en ai de trop).

Je ferai un jour l’inventaire de mes précieux si ça vous intéresse.

Dans mes marques préférées on retrouve en toute première place Essie. Pinceau pratique, couleurs magnifiques. Perfect!
J’ai également pas mal de vernis Essence qui se trouvent parmi mes choux-choux et sont nettement moins chers avec un excellent rapport qualité/prix. Ils sont un peu l’équivalent de la marque qu’on trouve en France: Kiko, découverte il y a peu et pour laquelle j’ai également succombé.  Je les porte tous avec une base et un top-coat de chez Essie donc la tenue est en général assez bonne.
J’ai également quelques Mavala’s qui ont l’avantage d’être 5-free et d’avoir un joli packaging; des vernis bourjois qui font partie de mes derniers craquages et que j’adore; une marque mexicaine bissù dont je ne connais rien sur la toxicité, du max factor, du color club, china glaze etc…

On y retrouve aussi le craquage sur la marque ciaté et son calendrier de l’avent, acheté pendant les fêtes et qui constitue l’exemple parfait de l’aspect collection dont je parlais plus tôt car je ne les utilise jamais malgré que je les aime.

25-ciatc3a9-mini-mani-month-vue-generale

Ah oui, en plus d’être collectionneuse je suis aussi légèrement névrosée et n’aime pas avoir un flacon tout seul dans mes armoires. Je suis donc obligée de les acheter par deux et maudis les marques comme Rimmel ou Bourjois qui font des flacons différents selon leurs collections.

D’autres marques me font rêver. On y retrouve notamment Zoya, Enchanted Polish, Ozotic et Kure Bazaar avec leurs sublimes reflets et couleurs ainsi que l’éthique de la marque Kure Bazaar. Les marques ne cessent d’innover et de trouver des concepts de plus en plus fous. Parfois gadgets parfois réellement magnifiques. Multichromes, holographiques, thermiques, texturés, tout le monde y trouve son compte.

Ma folie pour les vernis n’est pas encore terminée même si Monsieur et certains membres de ma famille me trouvent cinglée.

J’ai réussi à contaminer une amie et à encourager la folie des vernis d’autres amies ce qui montre bien que c’est contagieux.

Je ne vous montrerai pas de swatch avant un bon moment car mes ongles sont en soins intensifs à l’écrinal pour cause de dédoublage. Moi qui avait des ongles en béton, là ils sont fâchés.

Voici ma petite collection, rangée dans des petites vitrines et qui depuis la photo s’est agrandi de 5 vernis:

npa

That’s all folks!

Publicités

5 réflexions sur “Polish everywhere!

  1. C’est intéressant de savoir comment les autres personnes sont tombée dans cette passion, et ton histoire est particulièrement rigolote avec ta découverte toute petite! =P
    T’as une sacrée collection dis donc (comparée à mois qui en ai même pas 40 quoi… XD) C’est vrais qu’on a l’air folles mais le principal c’est qu’on aime ça ! =)
    Au passage (avant que j’écrive un roman de 20 pages…) j’adore ta vernithèque! Tu l’as fabriqué ou c’est des vitrine que tu as trouvé quelque part?

    • Hello!
      Ce sont des petites armoires qui viennent de chez blokker. On les trouve pour 9.99€. Seul soucis c’est que les flacons plus hauts ne rentrent que dans les parties du dessous donc ça dépend un peu de ta collection :).

  2. Pingback: Neon abstract nails | Cocosphere

  3. Pingback: Comment Lush a sauvé mes cheveux. | Cocosphere

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s